Bretagne ensemble - 28 : Mai 2015

Archives

Mode d'emploi

Télécharger le PDF

Collapse

Uncollapse

Icônes d’actions

Diverses icônes d'action signalent une interactivité spécifique. Elles permettent d'accéder à différents types de contenus, renvoyer vers de liens externes…

1. Vidéo
2. Encadré
3. Son
4. Citation
5. Chiffres-clef
6. Diaporama
7. Lien externe
8. Partager
9. Commentaire

-ERDF__PH495-068.jpg Linky, le compteur communicant, est en interaction permanente avec le réseau d’électricité.

De l'énergie à revendre

Retour En avant

Énergie

Le réseau électrique de demain se teste en Bretagne

Dans quelques mois, 1 000 Lorientais et Plœmeurois se lanceront dans une expérience inédite. Dans la droite ligne du Pacte électrique breton.

C’est une rencontre amicale entre voisins. La maîtresse de maison explique comment rendre son lave‑linge plus économe en électricité. Derrière l’ordinateur, trois invités comparent leurs consommations. L’un d’entre eux vient de recevoir un SMS annonçant un pic de consommation, le lendemain, à la même heure : il retardera le démarrage de son lave‑vaisselle… Surprenante aujourd’hui, cette petite scène sera peut‑être banale demain. Soutenue par l’ADEME et la Région Bretagne, une expérience va bientôt démarrer dans 1 000 foyers de Lorient et de Plœmeur… Le projet est baptisé SOLENN, pour SOLidarité ÉNergie iNnovation.


Le pari de l’intelligence collective


« Tout part de l’arrivée dans les foyers des nouveaux compteurs Linky d’ERDF, à partir de l’été prochain, explique Isabelle Malot, chargée de mission plan climat à Lorient Agglomération. Ils permettent au ménage de donner accès à sa consommation et à sa répartition dans la journée. S’il accepte de partager ces informations dans le cadre de SOLENN, il devient donc possible de l’engager dans un véritable échange, dans un double objectif : réduire sa consommation et sécuriser son alimentation en électricité. »


En effet, les Bretons ne produisent qu’un peu plus de 12 % de l’électricité qu’ils consomment. Le reste provient de centrales éloignées. Au plus froid de l’hiver, quand chacun pousse le chauffage, le risque de coupure est bien réel. D’où l’idée d’encourager les Bretons à passer à l’action. Les participants à ce test grandeur nature seront tous volontaires, mais ils n’auront pas tous la même mission : certains, appelés expérimentateurs témoins, verront simplement leur consommation d’électricité servir de référence, d’autres recevront des conseils personnalisés pour tenter de la réduire, d’autres, enfin, accepteront, en plus, que la puissance de leur installation soit limitée temporairement, en cas de contrainte ou d’incident sur le réseau. « Pendant trois ans, les résultats seront suivis à la loupe, bien au‑delà du contexte breton, car ils vont répondre à cette question cruciale : peut‑on faire le pari de l’intelligence collective pour concevoir le réseau électrique de demain ? »


De l'énergie à revendre


Les recrutements ont commencé


Les premiers courriers pour recruter les volontaires ont été envoyés en mai. Des réunions publiques et des rendez‑vous individuels suivront. Le démarrage est prévu en septembre prochain.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

tetiere_prsommairev2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même