Bretagne ensemble - 28 : Mai 2015

Archives

Mode d'emploi

Télécharger le PDF

Collapse

Uncollapse

Icônes d’actions

Diverses icônes d'action signalent une interactivité spécifique. Elles permettent d'accéder à différents types de contenus, renvoyer vers de liens externes…

1. Vidéo
2. Encadré
3. Son
4. Citation
5. Chiffres-clef
6. Diaporama
7. Lien externe
8. Partager
9. Commentaire

Copyright-Guillaume-Prie_RB_0051195.jpg

En chiffres

76 % des déchets ménagers et assimilés (DMA) collectés en Bretagne sont envoyés vers une filière de valorisation.
(source : Ademe 2014)

55 % des DMA sont des déchets verts.
(source : Observatoire régional des déchets en Bretagne, 2014)

Retour En avant

Environnement

Déchets : n’en jetez plus !

Les déchets sont un enjeu de poids. Contraignant à gérer, ils peuvent être une ressource. Le Conseil économique, social et environnemental régional relance plusieurs idées pour transformer la chaîne de traitement des déchets en cercle vertueux. Réduire, réutiliser, trier, recycler… la Bretagne fait des efforts. Mais elle pourrait encore mieux faire. Les Bretons sont au‑dessus de la moyenne nationale en termes de déchets ménagers et assimilés (DMA)1, soit 676 kg par habitant et par an. Mais en dessous pour les ordures ménagères résiduelles (OMR), c’est‑à‑dire ceux qui restent après le tri domestique et le passage en déchetterie : 236 kg/hab/an.

Le volume de déchets ménagers et assimilés augmente en moyenne de 2 % par an. Plus vite que la population régionale. Mais le volume d’OMR a baissé de 9 % en 10 ans. Particularité régionale, les déchets verts y sont nettement plus visibles qu’ailleurs. La faute au climat humide, à l’habitat individuel, à la taille moyenne des terrains en lotissement…


Le bon réflexe de tri


La Bretagne est la première région française en performance de tri (environ 70 kg/hab/an), dont 45 kg de verre et 20 kg d’emballages légers. Elle est bien équipée en installations de traitement et très bien pourvue en déchetteries. Elle possède aussi un fort potentiel de valorisation énergétique de ses déchets, notamment issus du secteur agroalimentaire. En revanche, leur élimination par incinération ou enfouissement reste encore un point noir pour l’environnement et la santé malgré la modernisation des équipements. « L’état des lieux est globalement positif mais la Bretagne dispose de marges de progression », résument en substance Philippe Le Roux et Alain Thomas, rapporteurs de la dernière étude du Ceser sur le sujet.


En chiffres


Mieux produire et consommer pour moins jeter


Pour aller plus loin, le Ceser propose plusieurs pistes. Ses préconisations portent sur toute la chaîne de réduction, de production, de réemploi et de valorisation des déchets, en insistant sur la prévention. « Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas », rappellent les auteurs du rapport. À cet égard, la bonne information des citoyens est une condition sine qua non. « Donner un cadre réglementaire plus contraignant à l’éco‑conception des produits de consommation courante serait aussi précieux. » Et pourquoi ne pas revoir la conception des déchetteries en faisant une place plus grande aux déchets éligibles à une seconde vie ? C’est le principe des recycleries, encore peu courantes en Bretagne.


Dans de nombreuses collectivités, des systèmes techniques de valorisation (réseaux de chaleur, unités de méthanisation…) donnent une plus‑value écologique et économique à nos déchets. « Il en faudrait davantage, complètent Philippe Le Roux et Alain Thomas. Pour ce faire, renforçons l’accompagnement technique mais aussi politique des élus locaux. Le déchet doit devenir un sujet de débat positif. » Toutes les collectivités n’ont pas les mêmes moyens d’agir. « Il n’y a pas de révolution à faire. Tous les outils existent mais répartis inégalement sur le territoire. Il faut encourager les démarches de mutualisation », concluent les rapporteurs.


1. Déchets non dangereux des ménages ou provenant des entreprises industrielles, des artisans, commerçants, écoles, services publics, hôpitaux, services tertiaires et collectés dans les mêmes conditions.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

tetiere_prsommairev2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même